Tragique farandole aux mélodies arides

...

Entendez-vous ce cri ? Inclassable, mouvant

Il vient de ces déserts que la pluie assassine

comme pour mieux saluer les richesses d’antan

Mais quel est cet insigne extérieur à vos lèvres

qui retourne les vases en non-communiquant ?

il n’est répartitions de vos musiques brèves

que si vos douces fleurs enfantaient des piquants !

Attachez-moi sans vie ! Que le sort me déchaîne

par la magie sournoise du destin pénitent

Je ne veux de l’enfer qu’emprisonner sa plèvre

et d’un accord furieux me noyer en son sang

Isaac Lerutan, 2008

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :