Gloire à celui qui sous le feu de l’existence
Donna sens à la vie et à ses plaisirs sains
Loin de la brume froide, témoin de ses carences
De ses pseudo-pouvoirs, un seul n’en fût le sien

Par delà les frontières et leurs sols en souffrance
Où d’autr’âmes s’entachent d’innombrables venins
De cette fourmilière règne son espérance
Si l’ombre d’un soleil le pique un beau matin

De ces matins fertiles, la vie donna la chance
À ce cher inconnu, ignorant son destin
Gloire à la poésie et gloire à l’innocence
De ce cri, l’âme errante en trouva le chemin…

Isaac Lerutan, 2010

Poisons

...

Les aiguilles se lamentent et je trompe le temps
Les époques sont des impostures
Les génies sont des singes
Les rois, des morts
Le monde est un marché
Les langues sont faites de venins
Les dieux se fanent sous des ciels trop chargés de nos esprits complexes
car toutes les solutions nous ont laissés perplexes
Les enfants se maquillent et s’ennuient maintenant…

Comme eux, je tourne le dos au soleil
et marche, la tête basse
solide et nu
pour suivre mon ombre leste
et ne pas la perdre de vue…

Isaac Lerutan, 2008